question reponse ulm autogyre brevet initiation aeronautique

RECUEIL DE QUESTIONS SUR L'AUTOGIRE

Apprendre à piloter un ULM autogire, est-ce compliqué ?

Le pilotage d’un autogire n’est pas difficile (d’ailleurs on peut le piloter seul à partir de 15 ans) mais nécessite une très bonne formation théorique et pratique pour profiter pleinement et en toute sécurité des capacités extraordinaires de cette machine. Plus d’infos sur nos formations, cliquez-ici! 

A partir de quand peut-on voler seul en ULM autogire ?

Avant tout, il faut savoir que l’on peut piloter un ULM avant même de savoir conduire un voiture ! L’âge minimum pour être breveté est de 15ans.
Plusieurs étapes sont nécéssaires:
– Outre le certificat médical de non contre-indication, il vous faudra dans un premier temps, acquérir les connaissances théoriques propres à l’ensemble des ULM. Un examen écrit validera vos connaissances et vous recevrez à l’issue votre Certificat Théorique ULM. Vous pouvez passer cet examen en candidat libre, cependant, une formation théorique dispensée par votre instructeur pour préparer cette épreuve sera un vrai plus.
– Dans un même temps, vous pouvez commencer à prendre des cours de pilotage dans votre école avec un instructeur agréé. Après généralement plusieurs dizaines d’heures de cours en vol ainsi que le théorique ULM en poche, votre instructeur, seul évaluateur et « arbitre », vous assistera par radio sur vos premiers « lâchés ». Ce sera ledébut des vols solo.
– Après ces « lachés » réussis, vous serez inscris pour passer votre brevet. A noter qu’il est possible que votre examinateur puisse être un instructeur différent du votre.
– Le brevet obtenu, pour pouvoir naviguer au long cours, il vous faudra passer la qualification « radio ». Idem, pour emporter un passager, une qualification « emport passager » sera nécessaire. Un minimum de 30 à 40 heures de vol solo sera un pré-requis.
Plus d’infos sur la formation de pilote ULM autogire, cliquez-ici!

Combien coûte un brevet de pilote, budget ?

Il faut compter entre 3000€ et 7000€ en fonction de la rapidité d’apprentissage de l’élève et côté apprentissage, nous sommes tous différents. Quand votre instructeur constate que vous êtes prêt et seulement à ce moment, il entamera avec vous la programmation des différents tests et examens. Des subventions existent pour les plus jeunes et les futures femmes pilotes. Plus d’infos sur le brevet de pilote d’ULM autogire, cliquez-ici!

Quels sont les avantages de voler en autogire :

L’autogire et la sécurité:

Contrairement aux autres aéronefs ailés, l’autogire ne peut pas décrocher (perte brutale de portance) et ne peut pas partir en vrille. Il peut décoller et atterrir sur de très courtes distances. Maintenant, si on voulait le comparer non plus à un aéronef ailé mais à un hélicoptère, son rotor est entrainé par le vent relatif et non par un moteur; ce qui signifie que même en cas de panne moteur, notre rotor continue toujours de tourner et par conséquent, nous permet de planer jusqu’à l’atterrissage. Pour résumer: on ne décroche pas, on ne part pas en vrille et en cas de panne moteur on ne chute pas brutalement; l’autogire est donc un aéronef très sécurisant !

L’autogire et le confort:

L’autogire peut être couvert ou découvert, en tandem ou côte à côte, comme un hélicoptère. Dans tous les cas, comme pour les hélicoptère, grâce à son rotor le confort de vol est assuré par une excellente stabilité, même par condition météo turbulente. Il existe des autogires à cabine ouverte avec un ressenti qui pourrait se comparer à la liberté en moto avec une visibilité incroyable, quasi à 360 degrés, ou à cabine fermée qui procure une sensation de vol très protégé (pas de vent dans le cockpit et, en option on peut même avoir le chauffage).

L’autogire et son coût au « quotidien »:

Son faible encombrement permet de louer une place de hangar sur un aérodrome plus pétite et donc moins chère que n’importe quel aéronef. Son entretien assez simple reste très abordable. Vous pouvez d’ailleurs le faire vous-même ou faire appel à un professionnel; les prix restent très accessibles.

Comment vole un autogire ?

C’est le rotor qui fait voler l’autogire. Le rotor tourne grâce au vent qui le traverse et il n’est pas connecté au moteur qui lui ne sert qu’à faire avancer l’autogire.

A quelle est l’altitude maximale un autogire peut voler ?

L’autogire peut voler à des altitudes supérieures à 4000 mètres; cela dépend entre autre de la puissance de son moteur. En revanche, sur ces altitudes élevées, tel un alpiniste, c’est l’hypoxie du pilote sur lequel il faudra porter votre attention. Le record d’altitude (avec bouteille d’oxygène) à ce jour est détenu par Donatell Ricci, femme pilote italienne pour avoir franchi 8399 mètres (27,556 ft) en novembre 2015.

 

Que se passe t’il si le moteur s’arrête ?

L’autogire continue à voler (planer) puisque son rotor tourne sans l’aide du moteur avec le vent relatif. Il devra néanmoins se poser rapidement car sa propulsion n’est plus assurée. Sa finesse est de l’ordre de 4. Les pilotes sont entraînés, voir sur-entraînés aux exercices de panne moteur par leur instructeur pour faire face à cette éventualité.

Comment est construit l’autogire ?

Les autogires modernes sont fabriqués en série dans des usines avec des matériaux de qualité aéronautique: acier, carbone, kevlar… Chaque nouveau modèle, en plus d’être testé, possède un cahier technique soumis aux autorités aéronautiques pour obtenir leur certification de vol.

Quelle est l’autonomie d’un autogire ?

Elle diffère selon les modèles. L’autonomie en vol de l’autogire est liée à la contenance de son réservoir et sa consommation. Par exemple, en prenant une machine avec un réservoir de 60 litres et un consommation courante de 15 litres/heure en vitesse de croisière (130 km/h vitesse air), nous aurions une autonomie de 4 heures soit 500 kl (sans vent). De plus, pour chaque vol, nous devons avoir une réserve de sécurité de 30min minimum; en plus, si l’on entreprend une navigation, il nous faut majorer notre évaluation de conso d’au moins 10% (voir plus selon météo). Bref de 4 heures théoriquement, on passe rapidement à 3 heures concrètement. Ensuite, comme pour la voiture, une pause s’impose; 3 heures de pilotage d’affilée c’est beaucoup, c’est trop; on optera donc pour un vol de 2h max suivi d’un atterrissage sur un aérodrome ou une base ULM pour faire une pause et le plein, puis on repart… ainsi de suite jusqu’à la destination finale (avant la nuit).

Combien coûte un autogire, prix ?

Neuf, un autogire coûte entre 60.000€ et 125.000€ selon les modèles et options. On trouve d’excellentes occasions entre 40.000€ et 80.000€. Vous pouvez aussi acheter votre autogire à plusieurs, c’est ce que l’on appelle un achat en copropriété. Même si se mettre d’accord sur un règlement de copropriété semble indispensable (nous pouvons vous aider à le rédiger si besoin), la première chose sera surtout de bien choisir son ou ses copropriétaire(s). Vous souhaitez des conseils pour choisir et acheter le votre? Contactez-nous!

Durée de vie d’un autogire ?

Comme pour une voiture, les révisions sont primordiales pour une bonne longévité de votre autogire. Les recommandatons du constructeur sont précisées sur le manuel d’entretien livré avec votre machine. Un autogire peut voler des milliers d’heures? Quant aux moteurs, de marque Rorax généralement, certains possèdent un potentiel de 2000 heures qui, réajustés, peuvent repartir pour 2000 heures supplémentaires.